Commission anciens sapeurs-pompiers (ASP)

La commission fédérale des anciens sapeurs-pompiers se retrouve tous les ans depuis 2007 à l'occasion de la Journée des anciens, pour veiller à la tenue de l'évolution des textes réglementaires relatifs à l'activité des sapeurs-pompiers et explorer les pistes de développement des activités culturelles et de loisirs à l’intention des anciens.

Ils ont définitivement raccroché leurs bottes et leurs casques, mais n’ont pas pour autant rompu le lien avec la grande famille des sapeurs-pompiers, bien au contraire. La commission fédérale des Anciens sapeurs-pompiers, présidée par Daniel Basset, est là pour en témoigner. Le rapporteur est André Richard.

Près de 45 000 Anciens sapeurs-pompiers sont aujourd’hui membres de la FNSPF. Preuve, s’il en fallait, de leur attachement au réseau associatif sapeur-pompier. Désireuse de renforcer le travail des anciens en réseau et de recueillir les retours d’expérience de ces « retraités » actifs et toujours solidaires de leurs camarades, la commission fédérale des Anciens SP a donc donné l’impulsion en 2007 de la première Journée des anciens, qui s’est tenue le 30 août à la Maison des sapeurs-pompiers à Paris.

Directement concernés par la mise en oeuvre de la PFR et soucieux d’améliorer encore davantage ce dispositif pour les générations futures, les délégués départementaux des anciens ont, lors de cette rencontre, soulevé la question de l’harmonisation et de la revalorisation des prestations, mais aussi celle du principe de réversion, et ont instamment demandé au colonel Vignon, présent lors des débats, de relayer leurs préoccupations auprès des pouvoirs publics.

Ce rendez-vous a désormais vocation à être renouvelé tous les ans, en réponse à une demande forte de la part des intéressés, qui étaient plus de 80 à être venus pour débattre à bâtons rompus des dossiers d’actualité

Suite à ces travaux, la Fédération a attiré l’attention du ministère de l’Intérieur et de l’Assemblée des départements de France pour que soit étendu le mécanisme de réversion des allocations de vétérance et de fidélité, pour l’instant uniquement prévu lors d’un décès en service commandé, dans le cas du décès d’un ancien, au bénéfice de son conjoint. Sa requête sera étudiée en même temps que la révision du décret PFR qu’elle a également demandée auprès de la DDSC, en vue de généraliser le principe de remboursement intégral des cotisations versées par le SPV, dès lors qu’aucune prestation n’est versée à l’intéressé ou ses ayants droit, mais aussi en vue de faire indexer le montant des prestations au minimum sur le niveau d’inflation.


Partager cet article :