Tenues

Il existe plusieurs catégories de tenues de sapeurs-pompiers, revêtues selon le type d'intervention auquel sont confrontés les sapeurs-pompiers : classique, feu, risques naturels, risques chimiques.

Réglementation

L'Arrêté du 8 avril 2015 réglemente, en le rénovant, le port des tenues d'uniformes, insignes et attributs des sapeurs-pompiers.

Il est constitué de dispositions générales, complétées par deux annexes :

  • l'annexe I porte sur les spécifications des conditions de port des tenues de sapeurs-pompiers
  • l'annexe II porte sur les descriptifs et caractéristiques des tenues.
tenues sapeurs-pompiers

La tenue d’intervention F1

Le port de la tenue d'intervention de base est de mise dans toutes les circonstances opérationnelles qui ne requièrent pas le port d'équipements spéciaux. Elle comprend le casque de type F1, la combinaison, le ceinturon, les gants et les bottes. En fonction de la nature de l'intervention ou des conditions climatiques, la tenue peut être modifiée.

Le casque F1

Il est porté lors de l'instruction, des feux urbains et industriels, des interventions avec risques d'explosion et des manifestations à caractère officiel. De couleur chrome, revêtement d'apparence nickel, sa masse est inférieure à 1350 grammes (sans accessoire). Il possède 2 écrans escamotables, permet la fixation de masque ARI (appareil respiratoire isolant). Outre la France, de nombreux pays ont adopté ce casque.

La combinaison

Elle est composée de 2 pièces. Un pantalon à bandes réfléchissantes pour le bas et une veste d'intervention. Celle-ci, de teinte noire ou bleue garde, peut être en cuir ou en textile. 2 bandes réfléchissantes, l'une fixée dans le dos de couleur gris argent, autour du buste au-dessus de la poitrine et sur la manche au même niveau, l'autre située autour et en bas de la veste, de couleur différente selon le grade.

Le ceinturon

Il s'agit d'une sangle de coton noir. Il comporte une boucle et une contre-boucle, un porte mousqueton à passant coulissant, un dé soudé fixé au ceinturon, un passant coulissant permettant le réglage de la longueur une bande réfléchissante et un support d'accessoire pour tricoise (outil multi fonctions qui permet de compléter le serrage d'un raccord de tuyau d'incendie ou d'ouvrir une porte).

Les gants de protection

En cuir, doublés de sous-gants, ils protègent les mains lors de la lutte contre les incendies, mais aussi pendant les opérations de recherche, de sauvetage ou  de désincarcération.

Les bottes

Elles ont pour but de protéger les pieds lors des interventions. Elles peuvent être coquées, doivent être équipées d'une semelle anti-perforation et satisfaire aux exigences de la chaleur.

Le secours à personnes

Dans le cadre des interventions de secours à personnes, les sapeurs-pompiers adoptent une tenue plus légère, plus en adéquation avec ce type de mission. Ainsi, ils préfèrent se coiffer d'une casquette. De couleur rouge, de forme plate, composée d'un bandeau, d'un dessus et d'une visière elle ne comporte pas d'insigne distinctif.

La tenue de feu

En complément de la tenue de base d'intervention, le règlement intérieur des Services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) précise les ajouts vestimentaires indispensables à la protection du personnel intervenant.

La tenue de feu comporte un casque, une cagoule, une veste de protection, des gants, un surpantalon et des bottes. L'ARI est aussi un outil très important pour les interventions incendies. C'est un appareil respiratoire isolant qui permet d'intervenir sans danger, pendant 30 minutes en se protégeant de la fumée et des gaz toxiques émis lors d'incendies. Cet appareil assure donc une protection respiratoire et également une protection oculaire.

La cagoule de protection

De couleur écrue, en matériau thermostable non inflammable et non fusible, elle assure la protection de la tête et du cou sous le casque.

La tenue de feux urbains

La tenue de feux urbains conserve le port du casque F1. Depuis quelques années, une nouvelle génération de tenue de feux urbains est apparue, plus légère que l'originale. La veste de protection est en textile, plus légère et le ceinturon disparait.

La tenue de feux de forêts

La tenue de feux de forêts comporte quelques spécificités adaptées aux combats de ce type d'incendie.

La première de ces particularités est le port du casque F2. Celui-ci est aussi porté lors de l'instruction, des opérations de sauvetage, déblaiement, de certaines opérations effectuées par le GRIMP et des manifestations à caractère officiel.

Sa forme de type semi-enveloppant permet le port de l'ARI. La masse du casque est inférieur à 735 grammes sans accessoire. Les couleurs sont différentes selon le grade (blanche, jaune ou rouge) et les lunettes de protection sont amovibles.

La seconde particularité est le port d'une épaisse veste en cuir arrivant au niveau des genoux.

Enfin, une batte à feu vient compléter l'action sur le terrain.

La tenue d'approche

Lors d'incendies au rayonnement particulièrement intense, la veste de protection courante ne suffit plus. Pour se protéger de la chaleur, les sapeurs-pompiers ont alors recours aux tenues aluminisées qui permettent de réduire notablement le rayonnement thermique.

A noter plus particulièrement sur cette tenue, la cagoule avec écran métallisé or.

La tenue en cas de risques chimiques

2 types de tenues d'intervention chimique sont actuellement utilisés. Il s'agit des tenues étanches aux liquides et des tenues étanches aux gaz.

La tenue étanche aux liquides

Il s'agit d'une combinaison légère avec coiffe. Elle sert à protéger l'intervenant contre la projection d'un produit agressif. Après vérification de la compatibilité avec le produit en cause, elle est parfois complétée par des équipements divers tels que lunettes anti-projections, masques à cartouches, appareils respiratoires...

C'est ce type d'équipement qui est utilisé lors des marées noires. Il est à usage unique.

La tenue étanche aux gaz

Elle se décline en 2 types :

  • La tenue nucléaire, biologique, chimique (NBC) protège le sapeur-pompier effectuant une mission de reconnaissance ou de décontamination. Elle protège des risques liés à des radionucléides, des produits chimiques ou des toxiques de guerre.
  • Les réactions chimiques peuvent dégager des pics de chaleur ou de froid. Le scaphandre étanche permet donc aux sapeurs-pompiers d'évoluer dans des atmosphères viciées où la température va de -40 à +65° C. Les interventions nécessitant le port du scaphandre sont très contraignantes pour les sapeurs-pompiers car l'étanchéité de cette tenue entraîne une sudation importante. Le risque de déshydratation est grand ; le temps d'intervention est donc limité. Cette tenue scaphandre est réutilisable après décontamination et à condition de passer avec succès les tests d'étanchéité.

La tenue en cas de risques naturels

Le secours à personnes peut amener les pompiers à intervenir dans des milieux naturels particulièrement dangereux. Nous retiendrons ici les interventions dans des milieux où la flore est hostile et celles où la faune est dangereuse.

Tenues pour des interventions en milieux naturels à risques

Canyoning, spéléologie, escalade... Les tenues des sapeurs-pompiers doivent s'adapter à l'eau, à ses températures extrêmes et à ses courants, mais également à la montagne et aux souterrains, semés d'embuches et de dénivelés imprévus. Ces équipements doivent donc protéger du froid, être étanche et permettre la fixation d'un baudrier.

Tenue d'insecte

L'intervention  la plus fréquente se fait sur des nids d'abeilles, guêpes et frelons.


Partager cet article :